Interview de Kamir Meridja (réalisateur Rude Boy Story)

rudeboy-story.jpg

toine-dubinc-kamirmeridja-web.jpg

A l'occasion de la sortie du film-documentaire sur la Dub Inc "Rude Boy Story", nous vous proposons une rencontre avec le réalisateur Kamir Meridja.
 
 
 
« J'ai voulu faire ce film pour proposer un témoignage sur une aventure humaine qui me semblait particulièrement belle et unique »

 
 

Bonjour Kamir, tout d'abord peux-tu te présenter?
 
« Salut ! J'ai plutôt un parcours d'autodidacte dans le cinéma bien que j'ai passé un master Cinéma à l'université. Mais pourtant j'ai réalisé la plupart de mes films en auto-production. 
J'ai tourné quelques clips musicaux, dont "Métissage" pour la Dub inc, mais également "Lost Girl" pour Méta & the Cornerstones. J'ai également tourné un court-métrage de fiction, "La Théorie de l'univers" qui continue actuellement son parcours en festivals.
À côté de ça, je développe pas mal de choses autour du cinéma avec mon association "Ciel! Les Noctambules", qui est un lieu de projection indépendant basé à Saint-Étienne. Je donne aussi occasionellement des cours de cinéma en collèges et lycées. »
 
 

Tu suis le groupe depuis longtemps et tu as déjà réalisé beaucoup de vidéos pour eux comme le clip de "Métissage" ou encore des vidéos à New-York en passant par des featuring (cf: à retrouver dans notre galerie video), quel regard porte-tu justement sur l'évolution de la Dub Inc family?

« Comme cela est dit dans le film, c'est un groupe qui a construit son parcours et sa reconnaissance auprès du public de manière très linéaire sur plus de 10 ans. Les membres du groupe sont toujours restés proches de leur public et des assos qui ont soutenus leur projet.
Bon nombre de personnes qui les ont découverts en live sont devenus des amis ou contribue à l'aventure (comme vous d'ailleurs avec le site et le forum) et s'investissent dans le développement du groupe (site internet, réseaux sociaux, orga concerts...).
Ils ont une manière très "artisanale" de faire et de produire de la musique, et c'est un fonctionnement qu'ils n'ont jamais voulus changer et je ne pense pas qu'ils le changeront un jour en ce sens qu'ils privilégient toujours la dimension humaine et artistique avant le côté business ou économique.
C'est très utopique comme fonctionnement et je pense que ça méritait bien un film ! »
 
 
 


C'est une première un film présentant à la fois les soucis et les satisfactions que peut traverser un groupe évoluant en dehors de la sphère médiatique, non?

« Je ne sais pas si d'autres films musicaux abordent cette thématique. Généralement, les documentaires musicaux présentent davantage une tournée, la vie en studio d'un groupe ou alors le côté intime d'une star ou d'un groupe très médiatisé... Je pense notamment à "In Bed with Madonna" d'Alek Keshishian ou encore à "Some Kind of Monster" sur le groupe Metallica.
 
Je ne voulais pas faire un film destiné uniquement aux fans de Dub inc même si j'espère qu'ils apprécieront ma vision documentaire mais je trouvais que l'histoire du groupe était plus belle que le groupe en lui-même. C'est une histoire très personnelle et en même temps tellement universelle qui dépasse largement le côté "fan" qu'on peut avoir d'un groupe. J'aimais l'idée de faire un film sur un groupe qui n'est pas médiatisé.

La différence avec le documentaire, par rapport aux reportages ou aux émissions télés, c'est qu'on peut développer un point de vue et un regard critique sur les choses. Ainsi, être indépendant et hors du système médiatique comporte à la fois des avantages mais aussi des inconvénients...
Après, le film développe d'autres thématiques fortes notamment sur la manière dont ils créent et enregistrent leur musique, leur collaboration avec d'autres artistes (Tiken Jah Fakoly, Amazigh Kateb, Jimmy Oihid...), mais également sur leur parcours depuis le début du groupe et les galères auxquelles ils ont dû faire face, sans oublier la manière dont ils développent leur projet à l'étranger. »
 
 casino-de-paris.jpg


Tu as suivi le groupe pendant 3 ans afin de réaliser ce film. Que voulais tu montrer en réalisant un tel projet?
 
« En fait, je les ai suivi pendant 2 ans... Le montage a ensuite nécessité une année de travail !
J'ai voulu faire ce film pour proposer un témoignage sur une aventure humaine qui me semblait particulièrement belle et unique. Je me disais que si un jour le groupe arrêtait, il ne resterait pratiquement rien en terme d'images pour immortaliser cette aventure, sauf peut-être les nombreuses vidéos du public que l'on trouve sur le net réalisées pendant les concerts (ce qui constitue aussi au passage un vrai contre poids de l'absence de Dub inc dans les médias... D'ailleurs, c'est une subtilité que j'utilise dans le film).
Ainsi, l'idée du film part de là, l'envie d'inscrire l'histoire du groupe dans un média intemporelle... Après, l'histoire racontée à une dimension universelle. Ce n'est pas Dub inc. au quotidien (coulisses, tournées, studio etc...) mais plutôt l'illustration d'un parcours indépendant à travers l'aventure collective du groupe. »
 
 
 
Déjà plus d'une dizaine de cinémas ont acceptés de diffuser le film (voir programmation sur www.rudeboystory.com et sur notre site), c'est plutôt encourageant non? 
 
« Effectivement. Nous tentons l'aventure de sortir le film en salle un peu en parallèle des circuits de distribution classiques.
Finalement, le film, dans son mode de production et de distributionn se confronte un peu aux mêmes problématiques que le groupe à pu rencontrer à ses débuts.
"Rude Boy Story" est un peu considéré comme un film "sauvage" en ce sens qu'il n'a bénéficier d'aucun soutien financier ou logistique de la part de société de production, de diffuseurs, ou même du CNC (Centre National du Cinéma).

Nous avons cependant fait en sorte que le film soit immatriculé auprès du CNC pour que son exploitation soit possible, mais nous travaillons au quotidien pour convaincre les salles de cinémas de laisser une chance au film d'exister sur leurs écrans. Sur Saint-Etienne, le soutien des 2 cinémas d'Arts et Essais de la ville (Le Méliès et Le France) est indéniable. Ils programment le film jusqu'au mois de juin, ce qui constitue un engagement extraordinaire, et c'est aussi révélateur de cette solidarité Stéphanoise, dont Dub inc. est issu et dont parle le film !
Le film étant totalement auto-produit par moi même, avec le soutien logistique de mon association à Sainté (Ciel! Les Noctambules), l'économie du film ne repose que sur son exploitation... Tous ceux qui souhaitent diffuser le film dans leur ville peuvent prendre contact avec l'équipe de Rude Boy Story sur le site: www.rudeboystory.com »
 
 

Et pour finir, un petit mot pour toutes les personnes qui nous suivent sur www.dubincfans.fr ?
 
« J'ai eu l'occasion de te rencontrer et d'aller faire un tour sur ce superbe site et ce forum, notamment lorsque le clip que j'ai réalisé pour le groupe (Métissage) a été mis en ligne. C'est un site très complet et tout à fait à l'image du groupe: généreux, fidèle et sans prétention. Un gros big up à tous les aficionados du dubincfans et continuez à faire passer le mot ! Merci pour la sollicitation d'interview. 
Je n'ai pas fait Rude Boy Story pour faire un film de fans, mais j'espère que les fans de la Dub inc. retrouveront dans ce film ce qu'ils aiment chez Dub inc.! »
 
Un grand merci à Kamir Meridja d'avoir répondu à nos questions.
Retrouvez toutes les dates de programmation et les bandes annonces sur le site internet du film www.rudeboystory.com.
Site internet de l'association "Ciel! Les noctambules" www.ciel-lesnoctambules.com
 
 
 
LES CHRONIQUES DE RUDE BOY STORY:

 
 
©Dubincfans.fr - Avril 2012 - Tous droits réservés
Commentaires (1)

1. Sam 14/01/2013

Super aventure et super film, bel exemple de la culture alternative qui parvient à exister hors des circuits du capital et du cinéma prémaché et uniforme. Un documentaire à l'image du sujet qu'il traite, merci mr. Meridja, merci Dub Inc!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau